• Languidic. Trois faucons blessés, volés au centre de sauvegarde

    « Si vous aimez les oiseaux, déposez les anonymement chez un vétérinaire. Vous n’en ferez rien. » a demandé au ravisseur  l'association Volée de Piafs.

    Trois faucons crécerelles blessés ont été dérobés dans les locaux de Volée de Piafs, à Languidic. L’association lance un message au cambrioleur. Après le vol de singes au zoo de Beauval, le vol de trois faucons blessés dans le centre de sauvegarde de la faune sauvage du Morbihan.

    L’association Volée de Piafs qui gère la clinique animalière basée à Languidic est « abasourdie ». Samedi 16 mai, elle a été cambriolée.

    Des oiseaux qui ne volent pas

    Trois faucons crécerelles, blessés, ont été dérobés : un mâle handicapé présent au centre depuis cinq ans, et deux autres mâles nés en 2014 en cours de rééducation et incapables de voler normalement à ce jour. « Le mâle handicapé ne revolera jamais, il restait au centre pour éduquer et rassurer les jeunes. Les deux autres ne revoleront pas non plus, s’ils ne bénéficient pas de leurs soins de rééducation », explique l'association.

    Un appel aux dons

    Sur sa page Facebook, l’association, qui a déposé plainte contre X, adresse un message au cambrioleur : « Si vous aimez les oiseaux, déposez les anonymement chez un vétérinaire. Vous n’en ferez rien. »

    L’association Volée de Piafs lance aussi un appel aux dons.


  • Vannes. Allain Bougrain-Dubourg de passage à Photo de mer
     
    De gauche à droite : Didier Masci, France Birch, Allain Bougrain-Dubourg et Bruno Tandeau de Marsac,
    hier, à Kercado.
     
    Infatigable président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), Allain Bougrain-Dubourg a «zinzinulé» (du nom du cri de la mésange), hier, à Vannes. Il a notamment salué l'action de Didier Masci, qui a soigné bénévolement 2.534 animaux l'an dernier avec le centre Volée de piafs, à Languidic. Il a également remercié la section locale de la LPO, représentée par Bruno Tandeau de Marsac. Enfin, l'amoureux des oiseaux a visité l'exposition de France Birch sur les fous de Bassan, présentée juqu'au 3 mai au centre social de Kercado, dans le cadre du festival Photo de mer. Rencontre en trois questions.
     
    Les oiseaux se cachent pour mourir... Votre mission est-elle de les sortir de leur cachette pour éveiller les consciences ? C'est tout à fait ça. Effectivement, ils se cachent pour mourir et on trouve peu de cadavres au bord des routes. Notre job, c'est de montrer leur agonie au grand jour, tout en soulignant que nous dépendons des oiseaux. Ils sont des indicateurs de l'état de la biodiversité. Là où l'oiseau s'épanouit, l'ensemble du vivant va bien. Lorsqu'ils disparaissent, on assiste à un déclin de la biodiversité.
     
    Comment agir ? À quelques mois de la conférence mondiale pour le climat, il est dit en permanence qu'il faut réfléchir globalement et agir localement. La nature n'est pas mise sous cloche dans des réserves. C'est impossible de rester indifférent devant la situation. Ici, à Vannes, on a la démonstration du potentiel de chaque citoyen à s'investir. J'étais venu l'an dernier inaugurer le refuge LPO à Kercado. Aujourd'hui, je constate qu'une mésange bleue a élu domicile dans un nichoir et couve actuellement neuf oeufs.
     
    Vous venez aussi présenter votre film sur le Conservatoire du littoral, qui fête ses 40 ans cette année. Pourquoi est-ce une institution importante ? La France est le deuxième pays du monde après les États-Unis en termes de surface maritime, avec 11 millions de km². La France devrait d'ailleurs s'appeler l'archipel France, en prenant en compte les Dom-tom. Aujourd'hui, par ses actions, le Conservatoire permet, non pas de geler, mais de préserver le littoral.

    © Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/bretagne/vannes-allain-bougrain-dubourg-de-passage-a-photo-de-mer-24-04-2015-10605561.php

     


  • 2.534 animaux soignés en 2014

     

    L'assemblée générale de Volée de piafs a réuni près d'une cinquantaine d'adhérents au Mille Club, samedi dernier.

    Samedi après-midi, trois faucons crécerelles lâchés à Saint-Léon recouvraient la liberté, après plusieurs semaines de soins suite à un choc avec un véhicule. Un heureux préambule à l'assemblée générale du centre de sauvegarde de la faune sauvage, Volée de piafs, où l'accueil d'oiseaux ne cesse de croître.Une augmentation massive qui a amené les soigneurs à s'occuper, l'an dernier, de 2.534 animaux de 100 espèces différentes. Les échouages de l'hiver 2013-2014 avec 442 animaux pris en charge (majoritairement des guillemots de troïl et des macareux moines), la campagne « goélands » et ses 630 individus accueillis, la participation de l'association à des programmes de recherche (accueil d'une vétérinaire de l'école de Nantes pour une étude sur les maladies et le parasitisme des goélands), les actions de sensibilisation et animations constituent un bilan d'activités bien chargé.

    Appel aux bénévoles pour mener à bien les projets

    Côté budget, « les financements de Volée de piafs proviennent en grande majorité (environ 60 %) des dons et adhésions », a souligné Didier Masci, le président, « le centre de soins touche très peu de subventions publiques ». Côté projets 2015, le centre prévoit l'aménagement d'une volière pour les passereaux, ainsi qu'une volière et une piscine pour les oiseaux marins, doublées par la mise en place du renforcement de l'arrivée d'eau. Développement des animations rémunérées (en fonction des moyens humains disponibles sur le centre), poursuite de la communication sur le centre, poursuite de la recherche de mécènes privés, etc. sont également les préoccupations de Volée de piafs. « Pour mener à bien nos objectifs nous avons besoin d'aide », a déclaré Didier Masci, « à l'heure actuelle, il n'y a aucun salarié en CDD ou CDI sur le centre, faute de moyens (les deux permanents sont bénévoles) ». Aussi, le président de l'association a-t-il lancé un appel aux bénévoles pour : l'administratif, le démarche des mécènes, l'accompagnement des services civiques, la construction de structures et aménagements divers... 


    © Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/languidic/volee-de-piafs-2-534-animaux-soignes-en-2014-10-02-2015-10522223.php


  • Lâcher à languidic. Volée de piafs : trois faucons crécerelle libérés

     Languidic - 08 Février

     Nicole, Marjorie et Anaïs se préparent à remettre en liberté les trois faucons crécerelle.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nicole, Marjorie et Anaïs se préparent à remettre en liberté les trois faucons crécerelle. | Ouest-France

     

    Samedi, en début d’après-midi, sous un magnifique soleil d’hiver, trois faucons crécerelle ont été rendus à la vie sauvage, après avoir été soignés à Volée de piafs.

     

    Victimes de collisions

    Les oiseaux ont tous les trois été victimes de collisions avec des véhicules. Ils étaient en soin au centre Volées de piafs depuis novembre 2014. De la taille d’un pigeon, le faucon crécerelle est, avec le milan noir et la buse variable, l’un des rapaces les plus commun de France.

    Moment émouvant

    Ce sont Marjorie, Anaïs et Nicole qui ont lâché, à quelques minutes d’intervalle, et non sans émotion, les trois rapaces, qui ont rejoint avec vélocité leur espace de liberté.


  • Le directeur du centre et soigneur, Didier Masci, ici avec une bondrée apivore, qui a été soignée, sauvée, et qui est prête à être relâchée.

    Le centre de sauvegarde de la faune sauvage Volée de piafs organise une opération de recueil de dons à l'Intermarché de Plouhinec le samedi 24 janvier.

    Ce centre, situé à Languidic, a été créé en 2007 pour recueillir les animaux en détresse, afin de les soigner et de les relâcher dans leur milieu naturel. En 2014, il aura accueilli plus de 2 500 animaux de plus de 100 espèces différentes, trouvés souvent dans la nature ou les jardins par des particuliers, des promeneurs, qui les apportent pour qu'ils soient soignés et sauvés.

    Besoin d'aide

    Reconnue d'intérêt général, l'association n'est pourtant subventionnée qu'à hauteur de 20 %. C'est principalement grâce au soutien de ses 400 donateurs et adhérents particuliers, et au nombre important de bénévoles venant lui prêter main-forte chaque jour, que le centre peut fonctionner.

    Cela ne suffit cependant pas à couvrir tous les frais nécessaires, et l'association recherche également des mécènes privés.

    Grâce à cette opération et à la générosité des consommateurs, Volée de piafs pourra ainsi collecter des produits destinés aux soins et à l'alimentation des animaux, ainsi qu'au fonctionnement du centre.

    Une petite présentation du centre sera à cette occasion proposée au public, qui pourra poser toutes les questions qu'il souhaite aux membres actifs présents sur le stand.

    Samedi 24 janvier, 9 h à 19 h, Intermarché.

    Informations sur le site www.volee-de-piafs.fr   Tél. 02 97 85 81 64 ou 06 41 90 41 74.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique