• Volée de piafs a recueilli 2 325 animaux l'année dernière

    Hélène Soyer, secrétaire adjointe ; Marie Sillière et Arnaud Bouysset, de Sea Shepherd ; Didier Masci, Nicole et Michel Fontana, membres du bureau.

     

    Une cinquantaine de personnes ont assisté à l'assemblée générale de l'association Volée de piafs, le centre de sauvegarde de la faune basé à Saint-Léon.

    Bilans inquiétants

    Le bilan de l'accueil réalisé en 2015 enregistre 2 325 animaux (112 espèces), avec 14 % de mammifères dont 238 hérissons. « Il y a de très gros problèmes autour de ces animaux. On se penche sur le problème pour en connaître les raisons, a expliqué Marie Sillière, membre de Sea shepherd. 101 martinets ont également été accueillis. En Suisse, des recherches sont en cours pour savoir si les insecticides et pesticides sont la cause des problèmes de ces oiseaux qui attrapent les éléments pour fabriquer leurs nids au vol », a détaillé Didier Masci, le responsable du centre.

    De juin à septembre

    Lors de la 3e opération « Gwelan rescue », 583 goélands ont été récupérés. « 70 membres de Sea shepherd et les bénévoles de l'association récupèrent les petits goélands tombés des nids au port de Lorient, tous les jours de 7 h à 22 h, de juin à septembre, souligne le responsable. 66 % ont été relâchés et 235 ont été bagués. »

    L'équipe soignante

    Outre Didier Masci, Marie Sillière et les bénévoles, trois volontaires en service civique sont actuellement présents au centre de sauvegarde de la faune. « Pour cet été, quatre autres services civiques, un employé à mi-temps sur six mois et deux contrats aidés rejoindront l'équipe. Le centre de soins ne tiendrait pas s'il n'y avait pas les bénévoles », appuyaient Marie et Didier.

    76 750 €

    C'est le budget qui aura été nécessaire au fonctionnement 2015, avec en recettes 500 adhérents et donateurs : « C'est 70 % de notre budget. Les subventions publiques, 11 000 €, sont en baisse et le mécénat s'élève à 10 %, soit 5 700 €. » Donateurs en nature, soutien des vétérinaires, actions collectes chariots dans les commerces, concert à leur profit par Les Ramoneurs des Menhirs et Magical Mystery Punk (2 300 €)... « Tous nous apportent une aide précieuse. »

    Contact : www.volee-de-piafs.fr


  • Languidic. Cinq phoques épuisés, soignés chez Volée de Piafs

    photo le centre d'océanopolis est actuellement complet pour ses boxes à sec, ce qui explique que de jeunes phoques ont été confiés à volée de piafs. © thierry creux

    Le centre d'Océanopolis est actuellement complet pour ses boxes à sec, ce qui explique que de jeunes phoques ont été confiés à Volée de Piafs.© Thierry CREUX

    Le centre de sauvegarde de la faune sauvage Volée de Piafs a recueilli ces bébés phoques en début d’année. Celui d’Océanopolis est complet.

     

    Des bébés phoques gris en soins dans les terres à Languidic ! Voilà qui n’est pas banal. Le centre de sauvegarde de la faune sauvage Volée de Piafs a reçu cinq jeunes pinnipèdes en début d’année. Ces animaux leur ont été adressés par le centre de recherche sur les mammifères marins de La Rochelle. Explication : la clinique spécialisée d’Océanopolis, à Brest (Finistère), est complète.

    Deux phases de prise en charge

    " La prise en charge des jeunes phoques nécessite deux phases, explique son responsable, Sami Hassani, chef du service mammifères marins et oiseaux de mer. La première se passe dans des boxes, à sec, pour que nous puissions les manipuler tous les jours. Nous devons, durant cette phase, les soigner et les gaver. La seconde, quand ils ont récupéré, se situe en bassin. Pour la première, nous n’avons que huit boxes. Ils sont actuellement tous occupés. C’est pourquoi nous avons fait appel à Volée de Piafs, qui est capacitaire (habilitée à recevoir des phoque gris et veaux marins, NDLR)."

    Dénutris et parasités

    " Les cinq jeunes qui nous ont été confiés, âgés de trois à quatre mois, étaient dénutris, parasités, et l’un d’eux bien blessé, confirme Didier Masci, qui dirige Volée de Piafs. En soins, nous commençons par les réchauffer. Nous les intubons pour les réhydrater et les alimenter. Et nous les traitons avec des antiparasites et des antibiotiques."

    Quand les petits patients auront franchi la barre des 20 kg, Océanopolis les récupèrera.

    Ouest-France   


  • Volée de Piafs. Les Ramoneurs en soutien le 30

     
    Les Ramoneurs de menhirs joueront, le 30, pour la sauvegarde de la faune...
     
    Les Ramoneurs de menhirs joueront, le 30, pour la sauvegarde de la faune sauvage.
     
     
    Les Ramoneurs de menhirs seront présents sur scène, le samedi 30, au Manège de Lorient, en soutien à l'association Volée de Piafs. L'association, basée à Languidic, a pour objectif de préserver la biodiversité à travers son centre de sauvegarde de la faune sauvage. Son action première est de recueillir, de soigner et de relâcher des animaux sauvages en détresse.

    Sensibiliser à la cause animale et la biodiversité


    Le concert perme
    ttra de collecter de l'argent, nécessaire au bon fonctionnement de l'association et aux soins des animaux (90 € par jour par animal). Volée de Piafs, représentée par 350 adhérents aujourd'hui, aimerait en attirer de nouveaux. L'association veut montrer la nécessité d'un tel centre de soins, pouvant compter 2.500 animaux à l'année. Enfin, son but est de sensibiliser le public à la cause animale et la biodiversité.

    Pratique

    Au 10, rue Colbert, cité Allende, 56100 Lorient. En première partie : Magical Mystery Punx, -12 ans : 9€; tarif réduit - adhérents Volée de Piafs et MAPL uniquement : 12€; tarif normal : 13€. Pour plus d'infos : voleedepiafs.eklablog.com Studios MAPL, au 2, rue Jean-Le Coutaller, Lorient.

    © Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/volee-de-piafs-les-ramoneurs-en-soutien-le-30-21-01-2016-10928257.php#VFmuJpVK8QeJdwCQ.99

  • Volée de Piafs. 500 goélands relâchés          

    Lundi, en début d'après-midi, Didier Masci et Nicole et Michel Fontana, de Volée de piafs, ont relâché à Kerouriec quatre goélands argentés, devant les caméras de TF1. Parmi ces oiseaux, un juvénile qui avait été projeté par le vent contre une voiture et un adulte amputé du bas de la patte suite un souci sur un câble. « Je ne m'inquiète pas pour lui, il vivra très bien », assurait Didier Masci, en lançant un appel aux promeneurs : « L'hiver, les coups de vent précipitent les oiseaux sur les plages. Aussitôt que l'on voit un animal mort ou vif sur une plage, il faut alerter : il ne faut pas le laisser traîner là. S'il est vivant, on peut le soigner ».
     
    Une espèce en déclin
    Avec ses relais comme Nicole et Michel Fontana, Volée de piafs peut intervenir très vite pour récupérer ces oiseaux. « Ils passent par la case Plouharnel, puis Languidic au refuge, et retour à Erdeven pour le lâcher », résumait Nicole. « Depuis le début de l'année, nous avons relâché 500 goélands. Le record a été de 85 pour un seul lâcher ».
    À cette action de sauvetage, Volée de piafs ajoute une sensibilisation contre la mauvaise réputation dont les goélands sont affublés. Et qui favorisent les mauvais traitements qu'ils subissent. « C'est une espèce en déclin, or, le goéland, qui ne pêche pas, et un nettoyeur indispensable ; dans des ports anglais où il n'y avait plus de goélands, le nombre de rats a décuplé ».

    © Le Télégramme 

  • Opération chariot au profit de Volée de piafs

    Nicolas, stagiaire, et les services civiques, Estelle, Marine, Léa, Marjorie  et Typhanie.

    Les bénévoles du Centre de sauvegarde de la faune sauvage, Volée de Piafs, seront présents dans le hall du magasin Intermarché pour une nouvelle collecte, samedi. « Ce sera également l'occasion d'échanger, d'expliquer ce qui est réalisé à Saint-Léon », souligne Estelle Rannou, service civique communication.

    Trois secteurs sont concernés. L'alimentaire « des boîtes de pâtée pour chat et chaton sont consommées à grande vitesse, surtout en destination des hérissons. Plus de 200 ont été recueillis cette année ». Également appréciées, les croquettes diverses, les graines pour oiseaux.

    Les soins « beaucoup de sérum physiologique et de gel hydro-alcoolique, de l'arnica en gel... ». Et pour l'entretien des espaces : du vinaigre blanc, des éponges... « Tous les produits qui nous sont nécessaires seront estampillés de notre logo, évitant aux gens de chercher. De plus, une liste de produits souhaités leur sera remise à l'entrée du magasin. »

    Sur le stand, photos et affiches détailleront plus précisément les activités du centre, à quoi servent les aliments demandés, la sensibilisation...

    Samedi 7 novembre, opération chariot dès 9 h, dans le hall du magasin Intermarché.