• Actualités

     Toutes nos actualités ci-dessous

  • Malgré l'arrêt des accueils pendant un mois et demi, et la non reconduction de la campagne Gwelan Rescue, le nombre d'animaux accueillis au 30 juin est presque identique à celui de 2016, soit 1 288 animaux.

    Nous avons actuellement plus de 500 animaux de toutes espèces en soins sur le centre ! Cela représente une lourde charge de travail pour toute l'équipe et cela coute de l’argent.

     

    Les financements futurs : une grande interrogation

    Suite à la mobilisation de nos sympathisants, nous avons obtenus des financements qui nous donnent l’assurance de pouvoir fonctionner cette année.

    Vous êtes actuellement plus de 850 adhérents et donateurs. Grâce à votre soutien et les courriers envoyés aux collectivités, nous avons obtenu des aides d'urgence. Un grand merci à vous.

    De plus en plus de communes nous apportent également leur soutien : Languidic, Etel, Plouharnel, Carnac, Riantec, Plouhinec, Quéven, Erdeven et Quistinic. Certaines d’entre elles depuis plusieurs années et d’autres depuis en 2017. De plus, pour la première fois depuis que le centre de soins existe, une communauté d’agglomération nous a accordé une subvention, il s’agit de Auray-Quiberon Terre Atlantique.

     

    Cependant, les aides accordées cette année ne le sont que de manière exceptionnelle afin de sauver le centre de soins. Il semble que le financement des centres soit du ressort de l’Etat, sauf que ce dernier s’y refuse depuis toujours. Nous ne savons donc pas si Volée de piafs aura suffisamment de ressources financières en 2018 et les années suivantes.

    Mais ces ressources nous les recherchons dès à présent, en particulier en développant la recherche de mécénat.

     

    Notre nouveau mécène dans le vent !

    Volée de piafs accueil des animaux… mais aussi un nouveau mécène  Et justement, à ce sujet, nous avons le plaisir de vous présenter un tout nouveau partenaire : la Société ENERTRAG FRANCE, filiale française d’un groupe Allemand spécialisé dans l’énergie éolienne.

    Ce partenariat est prévu pour se développer dans les années à venir.

     

    Les éoliennes beaucoup moins meurtrières que les chasseurs ou les chats

    Volée de piafs accueil des animaux… mais aussi un nouveau mécèneCertains d’entre vous s’interrogent sans doute : en effet, depuis de nombreuses années l’impact éventuel des éoliennes sur la faune sauvage et plus particulièrement sur les oiseaux préoccupent les associations de défense de l’avifaune et de nombreuses études ont été consacrées à cette question.

    Voici ce que conclut celle effectuée par la LPO et publiée le 20 juin dernier : en une année, sur le territoire français, les éoliennes ont tué 1102 oiseaux.

    Comparons, juste avec ces deux chiffres : 1,5 million de bécasses tuées à la chasse et 349 millions d’animaux sauvages tués par les chats, en France chaque année.

    Combien de millions d’oiseaux morts d’une collision contre une vitre ? Combien d’animaux disparaissent chaque année à cause du réchauffement climatique, des pollutions, de la route… ? 


  • Cette saison estivale 2017 sera différente de celles de ces dernières années car nous avons choisi de ne pas reconduire la campagne Gwelan Rescue* en partenariat avec Sea Shepherd. En effet, l'organisation ainsi que le suivi de cette campagne et des nombreux bénévoles qui s'y impliquaient (parfois jusqu'à 20 sur place par jour), nous demandaient un travail considérable. Nous ne pouvions plus assumer cette logistique, notamment au vu de la situation critique dans laquelle se trouve le centre de soins actuellement (cf. nos dernières actualités pour l'historique complet).

    Cela ne veut pas dire que nous allons refuser tous les goélands. Seules les tournées de récupération de jeunes tombés du nid en zone portuaire de Lorient sont stoppées.

    Nous nous sommes rendus sur le port de Lorient pour évaluer la situation. Nous avons observé beaucoup moins de nids de goélands, résultat sans doute des dernières campagnes de stérilisation menées par Lorient Agglomération. Il y a aura donc moins de bébés goélands potentiellement en détresse cette année.

     

     Que faire si je trouve un bébé à terre ?

    Que vous soyez à Lorient ou non, si vous observez un petit goéland à terre, cela veut simplement dire qu'il a sauté du nid. S'il n'a pas de blessures apparentes mais que le petit vous semble en danger (s'il est sur un trottoir, sur la route) le mieux, quand c'est possible, est de le mettre dans un espace sécurisé proche où ses parents viendront s'occuper de lui. Si vous avez un doute concernant sa sécurité, n'hésitez pas à nous contacter au 06 08 98 42 36 et ce, 7 jours/7.

     

    L'été, il n'y a pas que des goélands à Volée de piafs !

    URGENT- Saison estivale 2017 à Volée de piafs: appels aux bénévoles    URGENT- Saison estivale 2017 à Volée de piafs: appels aux bénévoles

    Même sans la campagne de ramassage des goélands en été, le centre de soins est submergé par les accueils. Nous donc avons grand besoin de bénévoles !!! 

    Comme chaque année, les bénévoles peuvent loger dans notre barnum** au camping de Languidic, sur la période du 3 Juin au 30 septembre (une participation aux frais d'eau et d'électricité est demandée, soit 2€ par nuit )

     A titre d'information : alors que, lors de l'arrêt de notre activité cet hiver dû à nos difficultés financières nous avons reçu du public de nombreuses marques de soutien, en particulier financier, nous manquons pour autant toujours de bénévoles engagés, fiables et réguliers. Il est vrai que faire principalement du nettoyage n'est pas très attirant, pourtant ce nettoyage est le garant des bonnes conditions de vie (et de guérison) des animaux. Ce travail n'est pas subalterne, la soigneuse en chef s'y colle et la cofondatrice du centre y passe actuellement une partie de ses journées. En savoir plus : être bénévole à Volée de piafs

    URGENT- Saison estivale 2017 à Volée de piafs: appels aux bénévoles

    Sans nouveaux bénévoles motivés et engagés, le centre devra dès les jours à venir refuser d’accueillir des animaux, faute de main d’œuvre. Nous recevons des félicitations de toutes parts pour notre travail, mais force est de constater que très peu de personnes régulières viennent nous prêter main forte sur le centre chaque jour. C'est le moment de joindre les actes à la parole ! Nous comptons sur vous !

     Vous souhaitez donner de votre temps pour une bonne cause ? Inscrivez-vous : Les inscriptions se font auprès de Estelle, par un premier contact par mail à : estelle.voleedepiafs@orange.fr


    Pour toutes informations complémentaires: voleedepiafs.asso@gmail.com

     *Campagne Gwelan Rescue (ou campagne goéland) campagne annuelle de ramassage des poussins de goélands nés en zone urbaine sur ou à proximité du port de Lorient

    * * Barnum de 12 m x 6 tout équipé, sous lequel des tentes individuelles sont installées. Ci-dessous le barnum monté. Merci aux bénévoles qui ont tout installé !

    URGENT- Saison estivale 2017 à Volée de piafs: appels aux bénévoles


  • Grâce à votre générosité et à l'aide d'urgence des collectivités territoriales, nous avons pu reprendre notre activité (cf. nos dernières actualités pour l'historique complet).

    Et c'est reparti sur les chapeaux de roues... Accueils, administratif, soins, nourrissage, bricolage, entretien, nettoyage... et surtout relâcher !

    Grands moments d'émotion au centre de soins quand les animaux recueillis et soignés, pendant des mois parfois, sont enfin relâchés. Voici quelques photos de ces instants magiques pour notre équipe.

    Volée de piafs ne désemplit pas !

    Volée de piafs ne désemplit pas !  Volée de piafs ne désemplit pas !

    Pour en savoir plus sur notre activité du moment: article de presse Good Planète

    Pour voir la vidéo du relacher, rendez-vous sur notre Facebook.


  •  

    A cours de nos derniers échanges, les collectivités territoriales nous ont réaffirmé que le financement des centres de soins n’est pas de la compétence de la Région, ni du Département et qu’il n’existe aucune ligne budgétaire à ce titre.

    Les aides accordées cette année ne le sont que de manière exceptionnelle afin de sauver le centre de soins. Il semble que le financement des centres soit du ressort de l’Etat, sauf que ce dernier s’y refuse depuis toujours. Nous ne savons donc pas si Volée de piafs pourra être financé en 2018 et les années suivantes, ce qui risque de nous mener à nouveau en situation de crise, telle que celle du début de cette année 2017.

     

    Nous allons donc solliciter le préfet de Morbihan, le Préfet de Région et les pouvoirs publics afin que l’utilité des centres de soins soit reconnue et donc rémunérée comme tout autre service public.

     

    Pour cela, nous avons besoin de vous ! Envoyer aux préfets et à la Ministre de l'écologie un courrier de soutien à Volée de piafs

    Le courrier: Télécharger « Lettre de soutien de Volée de piafs pour les préfets.pdf »

    Les coordonnées des préfets et de la Ministre : Télécharger « Contacts lettre aux préfets.pdf »

     

    Un grand merci pour votre soutien! Les accueils ont repris, mais le centre n'est toujours pas sauvé, la lutte continue...

    Voir toutes les actualités

    Soutenez la reconnaissance du travail des centre de sauvegarde de la faune sauvage


  • Le Conseil d'Administration de Volée de piafs s'est réuni aujourd'hui et a voté la reprise des accueils d'animaux à partir du 26 mars 2017.

    Les subventions accordées par la Région Bretagne, le département du Morbihan, la DREAL de Bretagne, notre député Philippe Noguès, ainsi que le très fort soutien de votre part, le public, nous permettent de reprendre notre mission, au moins pour 2017.
    En effet, comme nous l'avons expliqué précédemment, la Région et le département nous ont accordé des aides d'urgence qui ne sont pas renouvelables, le financement des centres de soins n'entrant pas dans leurs attributions. Ces subventions vont nous permettre d'embaucher le personnel nécessaire, mais nous ne savons pas si ce personnel pourra être conservé en 2018 si nous n'avons pas de subventions. Notre grande crainte est de nous retrouver dans un an au point de départ.
    Nous sommes reconnaissants à nos collectivités, qu'elles le sachent, pour l'effort consenti cette année, mais inquiets pour l'avenir.

    Grâce à la solidarité du grand public, nous avons gagné 166 nouveaux adhérents et 103 donateurs, sans compter les 648 participants à la cagnotte Leetchi. Grâce à votre élan, des dizaines (des centaines ?) de courriers sont arrivés dans les boites de nos collectivités et ont enfin suscité un intérêt de leur part.
    Bienvenue à nos nouveaux membres ! Nous espérons que vous continuerez à nous soutenir et à nous accompagner durant ces prochaines années. Plus nos adhérents et nos donateurs sont nombreux, moins nous sommes dépendants des aides publiques.
     Les dons, adhésions et contributions à la cagnotte Leetchi représentent 44500 € !

    Un immense merci à vous tous, à Gaëlle pour la cagnotte et à ceux qui en ont eu l'idée également, merci pour vos pétitions, vos messages glissés dans les enveloppes d'adhésion et que nous conservons pour les relire les jours de chagrin, merci aux associations amies pour leur soutien amical et financier : la SPA, C'est Assez, L 214, la LPO 35 et le sanctuaire des hérissons, aux Fondations Brigitte Bardot et 30 Millions d'Amis qui ont spontanément proposé leur aide (déjà accordée dans le passé) et que nous solliciterons à nouveau.

    Merci aux particuliers qui ont accepté de garder les animaux en détresse et de s'en occuper durant ces dernières semaines. Merci aux vétérinaires qui ont pris les animaux en charge et en particulier aux nôtres qui sont formidables.


  • Voici le Compte-rendu de l'assemblée générale du 11 février 2017:

    Télécharger « Compte rendu Assemblé Générale Volée de piafs 2017.pdf »

    Lors de cette journée, nous avions annoncé l'arrêt des accueils et les difficultés, principalement financières, auxquelles nous étions confrontées. Depuis, les pouvoirs publics nous ont reçus.

    Le mercredi 15 mars dernier, une table ronde était organisée à la Sous-préfecture de Lorient avec les représentants des diverses collectivités territoriales et des représentants de nos administrations de tutelle.
    Autour de la table présidée par M P-E Portheret, secrétaire général de la préfecture, étaient présents deux représentants de la Région, une représentante du Conseil Départemental, un représentant de Lorient Agglo, notre interlocuteur principal auprès de la DREAL de Bretagne, deux représentants de la DDPP, notre administration de tutelle et Madame Patricia Kerjouan, Maire de notre commune.

    Concernant le soutien de ces collectivités en 2017, le département du Morbihan a voté pour Volée de piafs une aide d’urgence de 12000 €, La direction régional de l'environnement (DREAL) nous soutient à la même hauteur (c’était déjà le cas en 2016) et le Conseil Régional Bretagne doit faire voter lundi 21 mars une subvention de 15000 €. Par ailleurs, ce dernier nous accorde son aide pour la création d’un emploi associatif (soutien financier réparti sur 3 ans pour la création d’un CDI).
    Nous les remercions très sincèrement pour cet effort.
    Notre communauté d’agglo affirme avoir voté un accord de principe pour nous soutenir …

    Quant à notre commune, Languidic, nous savons qu’elle nous aide déjà dans la mesure de ses possibilités et en particulier en nous mettant à disposition depuis deux ans un grand emplacement au camping municipal durant les mois d’été, ce qui nous permet d’accueillir de très nombreux bénévoles et stagiaires.

    Conclusion pour 2017 : grâce à vos dons, vos adhésions, grâce à votre générosité sur Leetchi et les aides qui viennent de nous être accordées par ces collectivités, l’année en cours est sauvée.

    Malheureusement, pour les années suivantes, les choses se gâtent.

    Comme nous l’avons dit et maintes fois écrit, notre principal souci est la pérennité du centre et en particulier celle des postes salariés que nous avons à présent les moyens de créer et sans lesquels nous ne pouvons poursuivre notre mission.


    Lors de la réunion du 15 mars, les personnes présentes nous ont réaffirmé que le financement des centres de soins n’est pas de la compétence de la Région, ni du département et qu’il n’existe aucune ligne budgétaire à ce titre. Les aides accordées cette année ne le sont que de manière exceptionnelle afin de sauver le centre de soins. Il semble que le financement des centres soit du ressort de l’Etat, sauf que ce dernier s’y refuse depuis toujours.


    Notre contrôleuse de la Direction départementale de la protection des population (DDPP), qui nous suit depuis 10 ans, a fait remarquer à l’assistance, texte de loi à l’appui, qu’il est strictement interdit à tout particulier de détenir un animal sauvage fût-il blessé ou en détresse et qu’il doit obligatoirement l’acheminer vers un centre de soins agréé. Encore faut-il qu’un tel centre existe et comment fait-il s’il n’est du ressort de personne de le financer ? Les centres de soins sont reconnus par l’Etat, leur réglementation est très stricte, ils sont contrôlés par des organismes d’Etat (DDPP et ONCFS) mais il n’existe aucune ligne budgétaire nulle part pour eux. Ils ne doivent donc compter que sur vous, le public, sur les Fondations et le mécénat d’entreprise quand il y en a.  Les représentants présents du Département et de la Région se sont engagés à interpeller eux-mêmes Ségolène Royal à ce sujet.


    Nous avons donc peu de choses auxquelles nous raccrocher pour 2018 et les années suivantes. Devons-nous embaucher le personnel envisagé au risque de devoir licencier tout le monde dans un an ? Devons-nous reprendre notre activité et nous retrouver dans la même situation l’année prochaine ?
    Avouons que nous sommes ressortis de cette réunion le moral en berne.

    Notre CA va se réunir très prochainement afin de faire le point et de décider ce qu’il convient de faire à présent.
    Dans quelques jours nous vous communiquerons le bilan de ces 45 jours de solidarité et de générosité dons vous avez fait preuve.
    En attendant ce sont les animaux qui trinquent, qui restent sur le bord de la route ou sont euthanasiés par les vétérinaires. Que faire, que dire, si ce n’est notre désarroi.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique